Magazine Cuisine

Des brochettes raffinées et rapides pour de jolis accords mets/vins (2)

Par Daniel Sériot

Toujours dans cette même veine, d'autres brochettes sont réalisées dans le but de pouvoir s'accorder avec les deux vins blancs qui ont servi d'accompagnements aux recettes expliquées le 9 juillet (ICI)

Il s'est agi de noix de Saint Jacques marinées aux herbes fraîches et accompagnées d'une mousse d'avocat à la sauge.

Les noix de Saint Jacques sont marinées crues dans de l'huile d'olive parfumée de sauge, menthe, ciboulette et basilic fais. Pendant la marinade, deux avocats ont été mixées avec le restant de sauge mixée. J'ai rajouté dans cette préparation un filet d'huile d'olive, du sel, poivre du moulin et un zeste de chili.

Les noix ont ensuite été piquées dans des baguettes de bois, mises sur le barbecue.

Au moment de servir, pour parfaire la présentation, j'ai dressé une quenelle de mousse d'avocat, dessus j'ai placé une brochette puis, j'ai nappé d'un peu de marinade. Très simple, très frais et savoureux.

Le Lirac Blanc 2007 de la Mordorée a merveilleusement joué son rôle dans le nouveau registre qu'on lui a imposé avec cette nouvelle recette.

Ce soir deux des vins sont commentés par Daniel. Demain, trois autres recettes seront détaillées avec le film explicatif.

IMGA6092

Vouvray : François Chidaine : Clos Baudoin 2007

brochettes raffinées et bouteilles 029

La robe est légèrement dorée, le nez, net, frais et d’une bonne intensité, évoque la verveine, le tilleul, la poire, avec des notes de coing. La bouche est finement charnue, avec une séduisante expression aromatique, le centre est bien tenu par une colonne vertébrale acide «  mure », qui joue plus dans la finesse que dans la puissance. La finale est étirée, persistante, fraîche, parfumée (fruitée et florale), très minérale (calcaire et saline ). Noté 16, note plaisir 16,5

 

brochettes raffinées et bouteilles 028

Lirac : La Mordorée Reines des Bois  ( blanc) 2007

La robe, de teinte or soutenu, est limpide. L’olfaction un peu discrète s’ouvre à l’aération sur des arômes d’anis, de pêches blanches, de poire et d’herbes aromatiques. L’attaque est moelleuse, grasse, le vin se développe, avec beaucoup de chair et de plénitude en milieu de bouche, rehaussé de fruits assez expressifs. La fine acidité sous-jacente donne une fraîcheur satisfaisante à une finale, d’une bonne tenue, fruitée, épicée, avec des amers élégants (peau de pêche). Noté 16, note plaisir 15,5 . Le vin  n’est pas à son apogée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines