Magazine Cinéma

Au cinéma : «Prisoners»

Publié le 12 octobre 2013 par Masemainecinema @WilliamCinephil

Après « Incendies », le réalisateur québécois, Denis Villeneuve, nous livre son premier film Hollywoodien avec « Prisoners ». Il retrouve Jake Gyllenhaal, qu’il avait déjà dirigé dans « Enemy » mais dont la sortie n’est pas encore annoncée, et offre à Hugh Jackman l’un des rôles principaux. Après un passage remarqué au Festival de Toronto cette année, « Prisoners » sortait dans nos salles le 9 octobre 2013.

Synopsis : Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus.

Ce nouveau film de Denis Villeneuve est avant tout un véritable film puzzle réalisé avec brio. Avec ce scénario qui ne laisse rien échapper au hasard, qui joue habilement avec nos nerfs et ceux des personnages du film, « Prisoners » devient un film prenant, mystérieux et avant tout choquant. Le film nous amène sur des pistes, pour en créer de nouvelles juste après, pour nous mener ensuite à des impasses ou des sorties, et c’est dans ce scénario labyrinthe que le film trouve toute sa force. Denis Villeneuve installe une atmosphère et une ambiance dès plus glauque et inquiétante. La photographie du film de Roger Deakins, dans les tons grisâtres, continue dans ce sens et apporte un certain charme à l’image. En ne filmant son film quasiment qu’avec des plans fixes, Denis Villeneuve accentue encore plus l’atmosphère, qui se fait de plus en plus pesante au long du film, laissant la part belle à ses images. Le spectateur ressent alors le poids de ces scènes sur lui, l’enfonçant de plus en plus dans son siège.

« Prisoners » fonctionne à partir d’un duo formé par Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal. S’il ne forme pas un duo, comme on l’entend habituellement, ce sont leurs deux personnages qui sont au centre de ce récit. Hugh Jackman est absolument étonnant et trouve un rôle d’une puissance rare dans sa filmographie. On lui découvre une férocité qu’on ne lui connaissait pas, alors que le monsieur joue quand même le mutant Wolverine dans cinq films … En face, Jake Gylenhaal trouve un personnage dans une sorte de calme agressif, et joue beaucoup sur ce contraste présent chez le personnage. Il est lui aussi époustouflant. Le reste du casting est aussi bien dirigé que ces deux acteurs, que ce soit Viola Davis, Maria Bello, Terrence Howard ou Melissa Leo. Je conclurais sur le casting en parlant de Paul Dano, qui s’impose une nouvelle fois comme l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Sans avoir à dire beaucoup de dialogue, même très peu, il arrive à nous faire ressentir une palette d’émotion … c’est la marque des grands.

Ce qui est intéressant avec « Prisoners » c’est qu’il se veut très violent mais jamais gratuitement et cette même violence apporte beaucoup aux personnages. C’est une chose qui peut choquer et même énerver lorsque l’on découvre « Prisoners » mais cette violence lui est nécessaire pour que le film soit complet. On pense notamment à ce que l’on ferait si l’on était à la place du personnage de Hugh Jackman, si on ferait les mêmes choix, … C’est là que « Prisoners » devient plus qu’un film à suspense. Il se penche sur le caractère des hommes dans des moments affreux de leurs vies, touchant au plus personnel, et s’interroge sur leurs conditions d’hommes. D’un point de vue psychologique, « Prisoners » est une nouvelle fois plus qu’à la hauteur. C’est un film qui nous prend aux tripes et qui durant ses deux heures et trente-trois minutes ne nous ennuie jamais. Tous ces éléments font de « Prisoners » un film aux qualités évidentes, mais qui pourrait gêner certain par son sujet sensible … À vous de vous faire votre propre opinion !

« Prisoners » laisse la marque d’un grand film de suspense, et qui contrairement à ce qui est dit sur les affiches ou bandes-annonces, ressemble plus, dans le style, à « Zodiac » de David Fincher qu’à « Se7en » de ce même Fincher. L’un des films de l’année ? Sûrement.

PRISONERS

Prisoners. De Denis Villeneuve. Avec Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Paul Dano, Viola Davis, Maria Bello, Terrence Howard, Melissa Leo …

Sortie le 9 octobre 2013.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Masemainecinema 6107 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines