Magazine Cinéma

Prisoners

Publié le 15 octobre 2013 par Cinephileamateur
Prisoners De : Denis Villeneuve.
Avec : Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Maria Bello, Terrence Howard, Viola Davis, Paul Dano, Melissa Leo, Dylan Minnette, Zoe Borde, Erin Gerasimovich, Kyla Drew Simmons, Wayne Duvall, Len Cariou, David Dastmalchian...
Genre : Drame.
Origine : États-Unis.
Durée : 2 heures 33.
Date de sortie : 9 octobre 2013.
Synopsis : Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…
Bande annonce française
"Ça fait six jours et chaque matin elle doit se demander pourquoi je ne suis pas la."
4.0
Prisoners
Bien que j'avais peur que la bande annonce m'en dévoile un peu trop, "Prisoners" me tentait beaucoup. Déjà pour son casting que je trouvais assez plaisant, pour son synopsis qui m’intéressai beaucoup et pour l'univers qui me semblait décelé dans la bande annonce justement et qui avait tout pour me plaire. Du coup, malgré sa durée, je n'ai pas hésité longtemps avant d'aller voir ce film.
Et j'ai bien fait car j'ai plutôt bien aimé. Bien sûr, au regard du scénario écrit par Aaron Guzikowski pendant toute ma projection j'ai pensé à des œuvres comme "Mystic River" ou encore "Memories of murder" mais si ce long métrage ne possède pas la même force que ces derniers, il reste néanmoins assez efficace je trouve et très plaisant à suivre pour peu qu'on se laisse prendre au jeu et qu'on ne devine pas l'issue trop rapidement. Fort heureusement, ce ne fut pas le cas pour moi et du coup je suis resté scotché à cette histoire jusqu'à son final que j'ai bien aimé malgré un dernier plan que je trouve peut être un peu en trop.
Avant ça, le film à réussi à me perdre avec ses multiples indices. Quant on en connait l'issue, tout semble évident au point que je peux comprendre ceux qui on moins aimé ce long métrage car ils ont deviné l'issue avant mais de mon côté, si j'avais repéré plusieurs éléments que je savais important (et la bande annonce m'a aussi un peu influencé donc je déconseille quand même de la voir avant), j'avais plus la sensation d'avoir plein de pièces du puzzle sans trop savoir comment les emboîter entre elles. Du coup, le film à fonctionné sur moi et même si je reconnais quelques maladresses et facilités scénaristiques qui font que ce long métrage n'est pas à la hauteur par exemple des films que je cite plus haut pour moi, et bien j'ai quand même été tenu par cette enquête que j'ai trouvé captivante.
Elle fonctionne sur moi car j'ai aussi beaucoup aimé la prestation des différents comédiens, chaque acteurs incarnant très bien son rôle et chacun jouant un "emprisonnement" différent de soi même dans cette tragique histoire jusqu'à sa fin, une fin que j'aurais bien aimé plus sombre quand même. Hugh Jackman en Keller Dover m'a beaucoup convaincu. J'ai aimé la bestialité de son personnage qui n'a plus confiance aux autorités. Il n'y à rien de bien nouveau dans son interprétation mais j'ai trouvé qu'elle collait bien à son rôle et que l'acteur faisait preuve d'un bon charisme tout en ayant une certaine vulnérabilité. Son face à face avec Jake Gyllenhaal dans la peau de l'Inspecteur Loki est parfait. Ce dernier m'a lui aussi beaucoup plu même si je regrette quand même un peu qu'on nous livre un personnage au passé visiblement sombre sans jamais réellement l'exploiter.
J'aurais bien aimé voir un peu plus Maria Bello en Grace Dover même si je comprend le retrait de son personnage. L'actrice me plait en tout cas toujours autant et j'aime toujours autant son jeu. Je comprends d'ailleurs très bien aussi le retrait de Terrence Howard en Franklin Birch et de Viola Davis en Nancy Birch même si ce très bon couple montre quelques instants une face sombre qui aurait pu être intéressante de creuser lorsqu'ils combattent face à leurs démons intérieurs. En revanche, après une scène d'ouverture qui montrait bien le potentiel que son personnage pouvait avoir avec sa relation avec Hugh Jackman, la mise à l'écart de Dylan Minnette en Ralph Dover peut s'avérer assez frustrante. On à pas trop l'occasion de juger son travail et c'est regrettable car son personnage avait un gros potentiel je pense.
Le reste du casting joue bien le jeu aussi malgré tout. C'est le cas par exemple d'une Melissa Leo que j'ai bien aimé en Holly Jones. C'est une actrice que j'ai découvert un peu tard mais depuis c'est toujours un plaisir aussi de la voir car je trouve qu'elle livre des choses intéressante dans son jeu, qu'elle se renouvelle et c'est encore le cas ici mais celui qui tire le plus son épingle du jeu reste sans nul doute Paul Dano en Alex Jones que j'ai trouvé parfait. J'ai trouvé le comédien excellent dans la complexité de son personnage qui nous aide beaucoup à être perdu aussi car si on sais qu'il n'est pas totalement clair, ses propos étant assez confus, on ne peut s'empêcher de vite avoir une sympathie pour lui, encore plus quand les rôles s'inversent et que la "barbarie" n'est plus là où on l'attendait (offrant d'ailleurs une réflexion intéressante sur la loi du talion je trouve).
Et l'ensemble est encore plus relevé par une mise en scène de Denis Villeneuve qui est brillante. Premier film que je vois de ce réalisateur, ça me fait encore plus regretté de ne pas avoir encore pu voir son "Incendies" dont j'ai pourtant entendu le plus grand bien. Ici en tout cas, sa caméra se balade dans cette intrigue avec une fluidité impeccable et une très bonne utilisation de la photographie. Si certains plans restent académique comme l'arrivée du camping car sans qu'on ne voit le conducteur, ils sont tout de même très bien ficelé et accompagné d'autres plans d'une grande beauté comme le survol du fleuve, la scène d'ouverture de chasse ou l'exploitation de la salle de bain en travaux que j'ai trouvé excellent.
Possédant pourtant un rythme assez posé, le film reste néanmoins très dynamique. On n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer (sauf si on devine la fin ce qui est logique mais ce qui ne fut pas mon cas fort heureusement) et je n'ai pas vu le temps passé. Par moment le long métrage s’égare à vouloir prendre pas mal de chemin mais il ne m'a jamais perdu et m'a toujours captivé. Le tout est agrémenté d'une bande originale composée par Jóhann Jóhannsson qui est lourde juste comme il faut sans pour autant trop se faire ressentir si ce n'est au niveau de la tension et de l'ambiance que le film génère.
Pour résumer, "Prisoners" est un thriller efficace que j'ai beaucoup aimé. Il reste dans la même veine qu'un "Mystic river" ou un "Memories of murder" à mes yeux même si il n'égale jamais ses aînés à cause d'un scénario possédant quelques maladresses. Si on devine pas la fin, il y à en tout cas de quoi passer un bon moment et si j'ai adoré ce film, ma seule interrogation sera de savoir si il reste toujours aussi efficace lors d'un prochain visionnage maintenant que je connais l'issue. Maintenant en l'état, c'est un thriller que je trouve réussi et qui m'a donné ce que j'attendais de lui du coup je ne regrette pas de l'avoir vu.
Prisoners
Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners Prisoners



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines