Magazine Cuisine

Boulard, et Sipp pour des écrevisses et du caviar - Menu de Noël (1)

Par Daniel Sériot

Les lecteurs anglophones pourront lire les chroniques du blog en anglais, avec 72 heures de décalage, ici ( http://www.webflakes.com/diary-of-a-lover-of-the-right-bank.html)

Comme tous les ans nous étions invités pour le repas de Noël : les retrouvailles familiales sont toujours l'excuse pour offrir des mets rares et raffinés.

Les deux premiers vins commentés ce jour ont permis d'accompagner les mises en bouche et les deux premières entrées.

Les mises en bouche se sont composées de petites verrines, à base de saumon principalement, mais la multitude des coloris en disait long sur les différents mets et les différentes épices combinées.

P1030667

La première entrée était une île flottante de crème de topinambours au caviar, et la seconde d'un feuilleté d'asperges aux écrevisses nappé d'un sabayon au champagne.

P1030670

Beaucoup de convives se sont essayés au Champagne pour poursuivre jusque la deuxième entrée. D'autres ont préféré le vin d'Alsace pour apprécier les entrées. D'autres, plus curieux ou plus gourmands?, ont pris les deux.

P1030672

Les accords ont été remarquables. La minéralité des vins a permis des redondances aromatiques très intéressantes avec la présence iodée du caviar, d'une longueur en bouche plutôt étonnante. Il fallait donc bien un riche dense, la vinosité du Champagne, pour le soutenir.

Les écrevisses ont été parfumées de Champagne également, mais le Louis Sipp s'en est accommodé facilement.

Champagne Francis Boulard PETRAEA XCVII-MMVII

Dégorgé le 24/07/2012

P1030682
P1030683

La robe or soutenu est traversée par un cordon de bulles très fines, le nez intense et avenant évique les fruits jaunes (pêches), les agrumes, les fruits secs avec des notes briochées et d'amande.

La bouche est riche, peline, vineuse, avec d'élégantes saveurs l"gèrements rassies qui s'associent àde s fruits mûrs dans un centre tonifié par une fine effervescence. La finale est longue, tonique, fraîche, soutenue avec la rémanence des saveurs décelées à l'olfaction, nuancées de notes salines.

Noté 17, même note plaisir

Alsace Louis SIPP, Riesling, Kirchberg de Ribeauvillé, 2008

P1030684
P1030685

La robe de teinte juane clair est brillante, l'olfaction est nette et expressive avec des arômes d'orange, de citron, d'épices douces (léger curry), avec des notes naphtées et florales.

La bouche est puissante dès l'attaque, charnue, presque grasse, ample et dense, la belle acidité mûre donne du tonus dès le milieu de bouche et tend et allonge la finale, pure, fraîche, pleine, soulignée par des fruits gourmands et de légères épices, très saline dans ses ultimes sensations.

Noté 17 note plaisir 16.5 A attendre encore un peu pour davantage de complexité


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines