Magazine Cuisine

Barbera d'Asti Superiore : Tenuta Olim Bauda, Nizza et Terra di Monte Olmo avec leurs plats

Par Daniel Sériot

Lors de leur venue en Gironde pour visiter quelques propriétés de la rive droite et de la rive gauche, des amis suisses nous ont offert des vins italiens que nous n’avons que peu l’occasion de déguster jusqu’à présent. Ces deux vins issus de l’appellation Barbera d’Asti Superiore ont été goûtés en bouteille sans mise en carafe sur une durée de 48 heures. Le vin de la Tenuta Olim Bauda Nizza 2009 s’est révélé être excellent tout au long de la dégustation, avec un très bel équilibre malgré sa richesse à tous les stades de la dégustation, et d’ une grande qualité et complexité aromatique.

La bouteille de Terra di Monte Olmo 2009 a montré un vin sensuel, pulpeux et opulent, mais la grande sucrosité ressentie dans la finale est, à mon avis, un handicap rédhibitoire, sauf à envisager ce vin comme un vin de dessert ou à déguster pour lui-même pour les amateurs qui aiment ce type de vin.

 

 

Barbera d'Asti Superiore : Tenuta Olim Bauda, Nizza et Terra di Monte Olmo avec leurs plats

Capuccino de parmesan et cuisses de grenouilles pour accompagner le Tenuta Olim Bauda

Barbera d’Asti Superiore : Tenuta Olim Bauda : Nizza : 2009

IMGA0031

IMGA0033

La robe est profonde, avec un liseré de teinte sanguine à violine. Le bouquet net, expressif et avenant évoque les cerises ( pulpe et noyaux), les fraises sauvages, la pivoine, avec des notes de girofle, de caramel balsamique, d’oranges bien mures, et de léger moka. La bouche est soyeuse, les tannins mûrs sont enrobés par une chair généreuse, le milieu de bouche est ample et dense, agrémenté de fruits épicés et gourmands. La finale est longue, pulpeuse, riche, d’une bonne harmonie soulignée par les saveurs décelées à l’olfaction et de légers amers élégants. Noté 17, note plaisir 16,5

Barbera d’Asti Superiore : Terra di Monte Olmo : 2009

La robe est assez profonde, de couleur carmin à sanguine au bord du verre. Le nez net et intense  évoque les roses séchées, les framboises, les mûres sauvages, les cerises, et les épices douces. L’attaque est pulpeuse, les tannins serrés sont habillés par une chair opulente, le centre est puissant large, très ample, moelleux avec des saveurs de gelée de framboise. La finale est opulente, généreuse, longue, richement dotée,  très parfumée, avec une sensation sucrée appuyée.

Un vin excessif pour ma part, sauf pour un vin de dessert (à servir frais) qui accompagnera des mets à base de fruits rouges et noirs, de café et de chocolat.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines