Magazine Cuisine

Grappillages 2014 (7)

Par Mauss

Qu'il me soit permis d'évoquer d'abord le décès de Jean-Pierre Haeberlin. Ce nom ne doit pas dire grand chose aux nouvelles générations, si ce n'est de l'associer à l'Auberge de l'Ill, ce grand *** macaron tenu maintenant par Marc Haeberlin, le fils de Monsieur Paul, frère de Jean-Pierre.

Non seulement Jean-Pierre Haeberlin a été un ami de toujours, mais surtout ce fut un homme d'une générosité rare. En fait, c'était là la signature de la famille. Artiste dans l'âme, aquarelliste délicat, il avait su donner un style à l'Auberge familiale que bien d'autres établissements enviaient. Générosité rare car, grâce à lui, avec François Wilhelm qui a un peu financé ses études universitaires en y étant Maître d'hôtel quelques week-ends, nous avons pu connaître quelques grands crus dont on ne pouvait que fréquenter l'image et le nom. Particulièrement Corton-Charlemagne de la Maison Latour, à l'époque (années 70) la référence indiscutable de cette AOC et surtout - en Alsace ! - Haut-Brion blanc et quelques autres grands noms bordelais.

On pourrait écrire des pages et des pages sur ces deux frères si dissemblables et pourtant qui formaient un tandem sur lequel s'est créée l'excellence de cette adresse gastronomique à Illhaüsern, en totale amitié avec trois autres maisons de référence : Bocuse à Collonges, Pic à Valence et Troisgros à Roanne.

A Marc et à sa soeur, à tout le personnel de l'Auberge, nous nous associons dans ce moment de tristesse et de souvenirs.

DEGUSTATIONS RECENTES
 
frt
  Lors de la onzième soirée du Club Bristol Grand Cru Cette soirée où l'invité étranger était Raphaël Maye (Domaine Simon Maye, Valais - Suisse), était sous le sceau de la syrah, un cépage international dont les expressions suisses avaient trustées les premières places à une session mémorable du GJE, la syrah de Maye en première position !Les producteurs rhodaniens en avaient été passablement chagrins,  alors même que leurs plus grands noms étaient présents à cette réunion du GJE.Oliv décrit mille fois mieux que bibi les vins de la soirée : ICI . Si la VV de Chamoson pouvait se décrire comme un aristocrate campagnard, on doit dire que Rayas (choisi par Raphaël) tout en délicatesse comme d'habitude, était sur un autre sommet où personne ne pouvait l'atteindre. Je m'attendais à un chouilla plus structuré l'Hermitage de Chave, mais, le temps passant, il a affirmé une constitution exemplaire. La cuisine d'Eric Fréchon est toujours au sommet et Marco Pelletier avait su déterminer avec le chef les mets qui devaient s'associer au mieux aux crus de la soirée. Sublime canard fondant. Chef d'oeuvre incontestable.
 Bref : encore un très beau moment de convivialité autour d'un menu superbe associé à des crus de toute beauté. 
scv
 Vins présentés à un Club d'amateurs à Andernos les Bains. Quasi indécrottables exclusifs amateurs de vins girondins, j'ai toujours un plaisir luciférien à faire connaître aux locaux des vins d'ailleurs. En blanc, montrer à quel point le riesling, français ou allemand, était un cépage d'une fraîcheur inconnue en bordelais. Boum !Puis un très particulier pinot noir, celui d'Antinori en Toscane, surprenant par sa finesse. Un style totalement inattendu dans cette région de soleil. J'adore. Et comment ne pas faire connaître le si beau gamay de Marionnet "Première Vendange" un vin auquel on peut adjoindre  l'adjectif quotidien tant sa capacité est grande à ne décevoir jamais. Haut-Carles était présent là aussi dans le but de bien faire comprendre à ces amateurs connaissant leur 1855 par coeur, à quel point l'AOC Fronsac est capable d'offrir des vins pouvant sans aucun souci se comparer à bien plus d'un classé. Enfin, le Bolgheri Argentiera (propriété sous conseil Stéphane Derenoncourt) a là aussi permis à la cinquantaine de présents de constater que merlot et cabernet pouvaient vivre en concubinage notoire assumé ailleurs qu'à Bordeaux. 
;pô
 Une série de la Maison Osmin au Prince Noir à Lormont  Une belle défense de vins du Sud-Ouest, mais je dois avouer que dans la gamme des "petits prix", il y a tellement de concurrence ailleurs qu'on a un peu de mal à les voir se battre avec grand succès en dehors de leur région d'origine. Par contre, les cuvées supérieures, notamment les deux vins mutés (absents de la photo) sont vraiment intéressants et d'un bon RQP.
 
kj
 Le gamin du jour Beau moment d'émotion parisien avec ce millésime mythique du vin de Jean Gautreau qui avait cassé la baraque au Saint-James à Paris en 1996, lors de la première session du GJE où il dansait en haut de la liste, avec Pichon Comtesse, devant les plus grands noms du médoc et de la rive droite. Ce fut véritablement une révélation pour beaucoup d'amateurs et de professionnels. Et là, lors d'un déjeuner au Laurent, il avait gardé toute la fougue de sa jeunesse en habits du dimanche. Simplement un sommet.  LECTURE Les amateurs des vins provençaux vont devoir sacrifier € 9 de leur réserve mensuelle pour l'achat du dernier opus de la revue VIGNERON. Ils vont trouver une foison de domaines provençaux, dans le style habituel "iconographie" de cette revue luxueuse, où sont mis en avant les rosés qui, c'est certain, vont encore cartonner comme dieu pas permis cet été. Un véritable florilège de la région, toujours illustré "alla grande".  Pauline Vauthier y raconte Ausone, Alexandre Thienpont Vieux Château Certan, Olivier Decelle le Mas Amiel et Etienne Grivot la renaissance du Domaine familial. On y apprend plein de choses.
 Sans que cette revue trimestrielle ait la densité rédactionnelle de The World of Fine Wine, dans ce dernier numéro, elle mérite d'entrer dans la bibliothèque de l'oenophile.  CINEMA Ce sera la série True Detective qui, paraît-il, est une référence dans ce monde nouveau des séries américaines damant le pion à l'aise à plus d'un film "grand écran". on vous dira. TRAVAIL Départ ce dimanche pour l'Autriche : une belle semaine pour visiter quelques domaines bien connus comme Knoll ou Loimer et participer à l'édition annuelle VIEVINUM organisée de main de maître par Willi Klinger à la Hofburg de Vienne. Puis quelques jours en Valais et départ pour l'Arménie qui sera notre pays "hôte" à Villa d'Este en novembre. MUSIQUE Quelle idée intelligente d'avoir intégré en voiture un DD de 30 GO pour avoir ainsi la faculté d'écouter ses oeuvres favorites en haute fidélité alors même que sagement, on a mis le contrôle de vitesse à 130/140, histoire de ne plus stresser sur ces flashes intempestifs qui poussent comme champignons en automne. Bon WE à tous !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mauss 1569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines