Magazine Cuisine

Fronsac : Clos du Roy : cuvée Arthur 2005 et Saint Emilion : Berliquet 2011

Par Daniel Sériot

Nous avons ouvert et mis en carafe, puis dégusté sur deux jours une bouteille de Clos du Roy Cuvée Arthur 2005. Cette propriété, appartenant à la famille Hermouet et située à Saillans (appellation Fronsac) est encépagée avec 90% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Cabernet Sauvignon. Les vignes sont plantées sur des sols et des sous-sols argilo-calcaires, avec une proportion très dominante d’argiles. Depuis le millésime 2009, les vins offrent des tannins plus élégants, plus de précision, sans perdre leur puissance et leur volume en milieu de bouche. Cette bouteille du Clos du Roy (cuvée Arthur 2005) n’est pas prête à offrir du plaisir actuellement, il faudra attendre sept à huit ans pour que l’imposante masse tannique et l’élevage soient complètement intégrés, et que s’estompent les sensations d’amertume en finale.

Les deux premières dégustations de Berliquet 2011 avaient montré un vin assez renfrogné, avec une finale marquée par des amertumes assez nettes. La bouteille commentée aujourd’hui nous a offert beaucoup de plaisir. Le vin a été goûté , sans mise en carafe, sur deux jours, il était déjà séduisant dès l’ouverture, sans avoir été épaulé, et encore plus plaisant le lendemain. Il est évident que le style élégant fin, fuselé, mais sans faiblesse en milieu de bouche sera toujours pénalisé dans une dégustation comparative de vins de Saint Emilion en face de vins puissants et très concentrés. Ce vin doit être dégusté et bu pour lui-même pour en apprécier toutes les qualités que recherchent encore certains amateurs de l’appellation Saint Emilion.

Fronsac : Clos du Roy : Cuvée Arthur 2005

P1010289

La robe est profonde, avec un fin liseré de couleur sanguine, Le nez est net et bien ouvert avec des arômes de cerises noires, de mûres, de boîte à épices, avec des notes fumée, de léger cassis, et florales (violettes) et un élevage de qualité en retrait. La bouche est veloutée en attaque, le vin se développe, avec des tannins très serrés, dans un centre puissant, assez charnu, et volumineux agrémenté de fruits avenants. La finale est fraîche,  tannique, avec un toucher crayeux, énergique, fruitée et épicée, avec des sensations  amères et légèrement asséchantes, en fin de bouche. Note potentielle 15,5/16, note plaisir 14

P1010290

Saint Emilion : Berliquet 2011

P1010297

La robe est profonde avec une teinte violine à sanguine au bord du disque. L’olfaction, nette et expressive évoque les cerises, le cassis, les épices douces, le sous-bois (prémices de truffe noire), les vieilles roses, la fleur d’oranger, avec en retrait un élevage de grande qualité (léger encens et floral). L’attaque est très veloutée à soyeuse, les tannins fins et mûrs,  enrobés par une chair bien formée se trament dans un corps fuselé, plein et d’une bonne densité, rehaussé de fruits gourmands. La finale est pure, allongée, fraîche, d’un bon maintien, veloutée, bien mise en valeur par les saveurs décelées à l’olfaction, elle est ponctuée par une très légère amertume que le vieillissement fera disparaître. Noté 16,5, note plaisir 16

P1010292

Posté par Daniel S à 00:01 - Bordeaux Rive Droite - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines