Magazine Cuisine

Salon des vins de Loire - Levée de la Loire

Par Bobosse92
Salon des vins de Loire - Levée de la Loire Cette année, le Salon des Vins de Loire et la Levée de la Loire étaient organisés de façon synchrone et au même endroit, ce qui est quand même une grande avancée pour les passionnés de vins que nous sommes (même si on peut toujours regretter l'organisation d'autres manifestations concurrentes dans les environs ...). Querelles d'égo déplacés sans doute ... Bref, en ce lundi matin, nous avons bravé la neige et le froid pour une exportation depuis Paris vers Angers. Arrivée à 9h15 pour un semi-marathon de dégustations. A tout(s) seigneur(s) tout honneur, nous débutons chez Catherine et Philippe Delesvaux dont l'accueil n'a d'égal que la qualité de la gamme. Après une entrée en matière sur le millésime 2014, entrons dans le vif du sujet. Un Anjou blanc Feuille d'Or 2012 tendre, une légère aromatique miellée, une bouche très équilibrée, sec-tendre (malgré l'absence de sucres), une belle acidité et un équilibre superlatif. Un Anjou blanc Authentique 2012 cristallin, avec un supplément de minéralité. Bouche traçante, avec un excellent potentiel de vieillissement. Un Anjou blanc Feuille d'Or 2013 qui montre un nez sur le zan et le miel, des touches crémeuses. La bouche est riche et ronde, sur une trame acide toujours traçante (la malo est faite pour la première fois chez les Delesvaux). Magnifique finale minérale qui voir un retour légèrement fumé. Un Anjour blanc Authentique 2013 avec un profil aromatique similaire, mais plus complexe et plus tendu. Bel enrobage du vin. Potentiel énorme. Un Anjou rouge le Roc 2013 (CF) qui est une vraie gourmandise, fruits rouges acidulés et poivrés, légère rondeur et gouleyant à souhait. Un Anjou rouge le Roc 2014 (CF) : y'a du fruit, maturité, tannins ayant du caractère, notes de poivrons murs et poivrés. Magique. Le vin de copain par excellence. Un Anjou rouge Montée de l'Epine 2013 (CS) plus variétal. Le fruit est un peu caché par la fermeture du vin. Bouche construite soyeuse. A attendre impérativement. Un Anjou rouge Montée de l'Epine 2014 (CS) avec un nez explosif de fruits noirs murs, profond et vineux. Bouche tannique bien sur, corpulente, avec une belle acidité. De la mâche pour un potentiel imposant. Un Coteaux du Layon passerillé 2013 qui a tout du moelleux élégant, avec un côté zan presque tannique. Le vin de copains. Un Coteaux du Layon, les Clos 2011 qui est une véritable tuerie. Un côté charbonné qui m'évoque le Clos du Pavillon de "dans le temps" ! Un côté rôti tannique, fumé, qui se termine sur une menthe perlante. Un conseil, ne passez pas à côté de ce vin (et pour 12,50 € !!!!). Un SGN 2011 qui se recrache vers l'intérieur ! Le grand frère du précédent avec une amertume noble superlative. Equilibre sur le fil, enrobage frais, beau mentholé. Le parfait vin de méditation. Un SGN 2010 plus austère au premier abord mais doté d'un potentiel de vieillissement énorme. Massif, sur la pâte d'amandes, bouche sphérique corpulente qui finit sur une trace fine et allongée. Très longue garde à prévoir. Finissons enfin sur un Anthologie 2010 sur lequel un côté aldéhydique s'estompe à l'aération. Bouche légère malgré la charge de sucres. Enorme sensation de liqueur, fraîche, typée vieux cognac sans l'alcool. Enormément magnifique ... dans 50 ans ! Une fois de plus, j'ai été bluffé par la qualité globale de la gamme. Des vins à l'égal de leurs géniteurs, généreux, spontanés et sans concession. Le génie du vin en quelque sorte. Deuxième découverte pour moi, le domaine aux Moines à Savennières :) Commençons par un Vin de France le Berceau des Fées 2014 qui présente un nez exotique, sur le pamplemousse rose, légèrement sensation tendre. La bouche est fraîche, tendue, tendre et presque gouleyante. Belle structure pour de jeunes vignes. Un Savennières Roche aux Moines 2013 très agrumes au nez. Une bouche de demi-corps, avec une amertume demandant à se fondre et à s'intégrer. Finale sur le citron oriental. Un Savennières Roche aux Moines 2012 plus opulent et plus gras. Aromatique montrant une légère évolution. Superbe bouche assez ronde, mais tendue par une acidité élégante. Une pointe grillée et torréfiée trahit la jeunesse. Grande empreinte en finale. Un Anjou villages 2013 très fruits rouges (cerises acidulées). Une pointe d'épices. Bouche jeune certes, à mettre en place, mais avec un gros potentiel. A attendre en l'état. Un Savennières, cuvée de l'Abbesse 2013 sur le citron vert, semi-oxydatif, tendu, minéral, avec une finale demi-sucrée sur le caramel. Beau potentiel de vieillissement. Finissons enfin par la cuvée des Moines 2011 : un sec qui m'évoque les Brézé de noble origine, une tension "d'oxydation ménagée" typique, une bouche ample, équilibrée, sur des notes fumées et poivrées. Très très longue finale ultra-traçante, qui voit le retour de notes d'amandes amères (tiens, un Chardonnay !). P. c'est bon !
Un confirmation s'il en était besoin, la montée en gamme de Tessa (enfin, des vins de Tessa) qui demandent toujours du temps pour s'exprimer pleinement.
Domaine de Juchepie. Situé à Faye d'Anjou, ce couple de belges nous propose des vins d'une belle expression. Un les Monts 2011 sec très minéral, tendre en bouche, soyeux et tendre en finale. Un le Clos 2012 sec avec un nez plus "passerillé". Un vin en structure, plus sur un équilibre acide qu'aromatique. Une belle pointe grasse en finale allège l'impression. Les Churelles 2011 avec 85 g/l de sucres montre un équilibre sur l'élégance etla fraîcheur. Belle finale sur des amers nobles. Les Quarts 2010 avec 140 g/l de sucres présente une opulence liquoreuse. Belle aromaticité, avec une tension semi-perlante. Salivant avec une finale sur de beaux amers nobles (toujours). La Passion 2010 (175 g/l de sucres) est sur un équilibre similaire, peut-être avec moins d'allonge, mais plus frais en finale (sur le menthol). La Quintessence 2003 (190 g/l de sucres) est superlatif, un rôti ultra-élégant, une fraîcheur sur l'aneth, une corpulence équilibrée en bouche, une grande fraîcheur mentholée et une persistance fine mais intense. Intermède avec un "La Vie en rose 2014" de Laurent Charrier, une bulle de grolleau légère, fruitée, une aromatique de demi-sucre. Un vin de soif idéal pour une remise à zéro des papilles. Passage ensuite au domaine du Carrou (Dominique Roger) en appellation Sancerre. Un domaine peu connu, très franchement injustement. Un Sancerre domaine 2013 agréable et facile à boire, une belle complémentarité entre le côté variétal du Sauvignon et un léger gras enrobant. Un Sancerre Chêne Marchand 2013 avec un supplément de structure et de profondeur. Notes légèrement poudrées. Puissance en bouche, avec un joli retour aromatique en finale. Un Sancerre la Jouline 2013 ayant plus de fraîcheur au nez, une tension et une minéralité traçante. Une bouche tendue avec une très belle aromaticité. Longue garde à prévoir. Un Sancerre domaine 2014 plus vif, plus vineux et plus variétal. Très belle bouche sur les agrumes, grasse et longue. Un Sancerre la Jouline 2014 un peu fermé. La dissociation de la bouche en l'état ne permet pas de se prononcer. A revoir. Un Sancerre domaine 2013 très fruits rouges, léger réglissé. Bouche gourmande épicée, tannique, avec une maturité exacte. A attendre. Un Sancerre la Jouline 2013 sur les fruits noirs et le végétal noble. Une belle mâche en bouche, une structure tannique fruitée, et une finale sur des amers nobles. Très gros potentiel. Domaine Luneau-Papin. Une adresse sûre en Muscadet. Un Brut de cuve 2014 fruité, aromatique, avec une acidité développée et un potentiel immédiat. Un La Grange 2013 (VV) sur un même type d'équilibre, mais avec un supplément de structure et de mâche. Plus de vin et de profondeur. Un Froggy Wine 2013 très minéral / coquilles d'huitres. Joli gras. Un vin de copain, prêt à boire (c'est le but !). Un Les Pierre Blanches 2013 plus sérieux. La bouche est serrée et charpentée. très belle vibration en finale. Un L d'or 2013 salin (trop sur le premier test). En fin de dégustation, retour sur ce vin plus noté sur la tension, le gras et la persistance. Comme quoi, l'ordre de dégustation est important. Un Terre de Pierres 2013 avec un gros potentiel, doté d'une belle compléxité (déjà !). Un Excelsior 2012 sur un équilibre gras et salin (mais très très jeune). Un Excelsior 2010 plus complexe et plus gras que le précédent, mais sur un équilibre similaire. Un Excelsior 2005 à point. Complexe, gras, équilibré, tendu, salin et d'une aromaticité totalement intégrée. Un Excelsior 2000 avec un léger perlant. Sans doute moins chaleureux, moins gras que le précédent, avec toutefois une belle rétro fraîche. Confirmation : des Muscadet qui savent défier le temps. François Crochet. Sancerre rouge 2013 : un fruité immédiat, une bouche avec de la mâche élégante, une belle acidité et des arômes de fruits noirs. Sancerre Réserve de Marcigoué 2013 : plus profond, plus séveux. Bouche veloutée, fruits noirs et réglissée. Tannins presque épicés. Je passe sur le Rosé 2014 : nez de rosé, bouche de rosé. Y'manque pas quequ'chose ? Sancerre blanc 2014 sur une tension citronnée. Gourmandise sur une aromaticité grasse. Sancerre Grand Chemarin 2014 minéral malgré une phase fermée. Gras et tendu. Trame acide en bouche assez développée, sur une finale vive. Sancerre Petit Chemarin 2014 plus rond avec une impression veloutée mais manquant de caractère (apparemment, l'analyse du producteur diffère très largement de nos impressions). Sancerre les Amoureuses 2014 corpulent, gras, avec une belle aromatique et une tension acide en finale assez développée. Sancerre Exils 2014 sur le pamplemousse exotique. Grosse tension en bouche. Finale minérale qui cache un potentiel aromatique à développer. Sancerre clos Marchand 2014 sur de beaux amers, un équilibre sur le fil en bouche et des notes de citrus en finale. Jacky Blot, domaine de la Butte. Découverte des rouges de Jacky Blot Bourgueil Pied de la Butte 2014 avec du grain, du caractère, une belle charge tannique fraîche, légèrement variétal. Poivron mur et acidité poivrée en finale. Bourgueil Haut de la Butte 2014 plus sérieux et plus vineux. Y'a vraiment du vin. Beaux amers, nombreux tannins. Garde obligatoire. Bourgueil Perrières 2014 : c'est tannique mais velouté, une sensation crayeuse, un grain top slurp. Bourgueil Mi-pente 2014 avec plus de matière. Grosse charge tannique mais pas en place encore. Bourgueil Mi-pente 2013 presque à maturité. Fruits croquants, belle empreinte crayeuse, avec un côté charbonné. Matière certes légère mais déjà en place. Un côté légèrement salin. Bourgueil Perrières 2006 : légère évolution au nez. Tannins encore anguleux, sur les épices douces. Du caractère avec une belle acidité de structure. Un artiste tant en blancs qu'en rouges. . Pierre Sourdais. Chinon les Rosiers 2013 sur les fruits acidulés, avec une maturité juste. Chinon les Rosiers 2014 avec plus de structure et une belle mâche (effet millésime). Chinon tradition 2013 plus rond, plus large sans sacrifier au fruité et à la buvabilité. Chinon cuvée Stanislas 2012 sur les fruits noirs, épicés. Tannins crémeux, bel équilibre général. Chinon cuvée Stanislas 2011 plus végétal. Manque de maturité ? Chinon les Boulais 2011 avec une grosse charge tannique, peut-être un léger déficit de fruité. Belle aromaticité épicée. Chinon les Boulais 2010 : le grand frère avec un supplément de maturité, de beaux amers nobles, une acidité épicée en finale et un côté crayeux élégant. Voilà, le marathon se termine. De belle confirmations (toujours les mêmes), de belles découvertes et une journée d'échanges sympathique. Merci à mon compagnon d'un jour qui n'a eu cesse de résoudre ces problèmes de trou ... Bruno

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bobosse92 1455 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines