Magazine Cuisine

Bouchard Père et fils : Meursault Charmes 2008 et Marc Colin : Chassagne-Montrachet : Les Caillerets 2011

Par Daniel Sériot

Une envie de vins blancs de Bourgogne s'est concrétisée avec la confection par mon épouse de deux mets bien adaptés aux deux bouteilles que je souhaitais déboucher. Les vins ont été dégustés et bus, sans mise en carafe, sur une durée de deux à quatre jours. Bien que fort bon dès l'ouverture, surtout le Meursault Charmes, il se sont présentés sous leur meilleurs profils le deuxième jour (date des commentaires). Le Meursault Charmes 2008 de Bouchard Père et fils a accompagné avec justesse, élégance et une séduisante identité de texture un jarret de veau à l'oriental (sous la mère). Le Chassagne-Montrachet « Les Caillerets » 2008 de Marc Colin a mis en valeur et donné de la complexité, grâce à sa palette aromatique , à un maigre sauvage à l'unilatéral. Un accord mets/vins très salivant.

P1010841

Bourgogne : Bouchard Père et fils : Meursault Charmes (Premier Cru) 2008

P1010844

La robe offre une teinte jaune pale à or léger. Le bouquet est net et expressif avec des arômes de poire, de pêches blanches ( peau et noyau), d'agrumes (citron), très floral ( fleurs blanches, fleurs séchées (camomille)) et des notes de noisettes.  L'attaque est très charnue, le vin se développe tonique, ample, plein, avec une chair très velouté dans un milieu de bouche très fruité ( agrumes dominants). La finale est longue, fraîche, dynamique, soutenue persistante avec les saveurs décelées à l'olfaction, d'élégants et légers amers ( peau de fruits et noyau) et nettement saline en ultime sensation. Noté 17, même note plaisir

Bourgogne : Marc Colin : Chassagne-Montrachet : Les Caillerets (Premier Cru) 2011

P1010848

La robe est jaune avec des reflets or fin. Le nez (un peu réduit à l'ouverture) évoque la poire, les agrumes (citron dominant), le kumquat, avec des notes d'épices douces, de badiane, et de légère vanille. La bouche est charnue, pleine, d'une bonne densité associant avec justesse fraîcheur et énergie, tout en conservant une matière veloutée, soulignée par d'intenses fruits mûrs et frais ( agrumes dominants) en milieu de bouche. La finale est longue, fraîche, bien dessinée, appuyée, très persistante ( fruits, légères épices, note florales), avec une fine et légère amertume (peau de fruits), et très saline. Note potentielle 17, note plaisir 16,5

Posté par Daniel S à 00:01 - Vins de Bourgogne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines