Magazine Cuisine

Portrait de Thomas Boullault - Restaurant l'Arôme

Par Toinard

A l’occasion de la sortie du guide Michelin 2009, sept tables parisiennes ont décroché une première étoile. Parmi elles, l’Arôme d’Eric Martins et de son chef, Thomas Boullault. Un jeune chef attachant qui brille par une créativité débordante.

La cuisine dans la peau

Comme beaucoup de chefs, Thomas Boullault est né dans un univers où la gourmandise était de mise. Fils de boucher – charcutier à Candé sur Beuvron dans le Loir & Cher, Thomas prend plaisir à regarder son père travailler et cuisiner. L’écouter raconter les dîners familiaux ou les repas de Noël tout Saint-Jacques vous ouvre l’appétit. Malgré une scolarité classique qui aurait dû le mener à suivre le cursus général, Thomas clame haut et fort qu’il veut être cuisinier. Au cours d’un repas à l’Auberge A La Tête de Lard à la Ferté Imbault, son père s’entretient avec le chef qui lui propose de venir travailler dans la brigade pour le réveillon de la Saint-Sylvestre. « Si avec ça, il n’est pas dégoûté, on en fera un chef ». Ce qui devait arriver, arriva. Thomas prit du plaisir malgré la masse de travail et l’effervescence de ce jour particulier. Il restera finalement deux ans aux côtés de chef connu pour ne pas être un tendre. Le CAP en poche, Thomas rejoint l’Auberge de Lanthenay où officie un chef qui avait obtenu deux étoiles Michelin à Paris au restaurant Le Dodin-Bouffant. La découverte d’une cuisine plus élaborée l’incite à rester le temps de passer son BEP avant d’enchaîner sur deux années supplémentaires.

Paris et sa chambre de bonne

Contre l’avis de son père, Thomas rend son tablier de Lanthenay pour tenter l’aventure parisienne. Son père le prévient, « tu as deux jours pour trouver du travail sinon tu rentres à la maison, y’a de quoi t’occuper ». Thomas se saisit alors du guide Michelin 1999 et passe des coups de téléphone sans trop savoir à qui il s’adresse. Tout le monde lui demande d’envoyer un CV mais de CV, il n’en a pas. A quelques heures du temps imparti et au culot, il appelle chez Taillevent (3 étoiles à l’époque) et demande le chef. A la question « c’est à quel sujet », il répond « c’est personnel » et obtient directement le chef, Philippe Legendre. Heureux hasard, ce dernier cherche une maison dans le Loir & Cher. La rencontre se fait donc quelques jours plus tard sur les terres de Thomas. Il est embauché dans la brigade du George V que Philippe Legendre vient de rejoindre. Pour Thomas, c’est la découverture du luxe, de la cuisine de palace, de l’absence de coupure entre les deux services et d’une triste chambre de 10 m2 à Neuilly-sur-Seine. Le fossé entre les restaurants de province et la restauration haut de gamme parisienne est trop important pour Thomas qui quitte le George V un an plus tard pour rejoindre la quiétude Suisse de Fribourg, au restaurant Le Schild. Il y restera deux ans.

De tables étoilées en palace

Frédéric Simonin, son ancien chef de partie au George V l’incite à revenir à Paris pour participer à l’aventure du restaurant Seize au Seize où il rencontre Eric Martins, futur directeur de l’Arôme. Puis, direction le Royal Monceau sous les ordres de Christophe Pelé, aujourd’hui à la Bigarrade, qui vient également de recevoir sa première étoile en 2009. Chef de partie, Thomas découvre une cuisine à l’instinct, pensée le matin même en fonction du retour du marché de Christophe. Malheureusement pour ce duo, le Royal Monceau ferme ses portes et par le plus grand des hasards, Thomas croise Eric Martins qui lui propose une place de chef à l’Arôme. Nous sommes en septembre 2007.

« Une étoile à 30 ans »

Comme pour son vélo, sa mobylette ou sa moto, Thomas a toujours su comment manœuvrer pour obtenir ce à quoi il aspirait. Il s’était juré qu’il aurait une étoile à 30 ans. A 28 ans et quelques mois, c’est chose faite. Cette distinction vient récompenser une cuisine qui évolue en permanence. Récemment un habitué lui disait « ce qui est agaçant chez vous, c’est qu’il faut lire le menu tous les jours ».

Effectivement, Thomas refuse de s’enfermer dans une carte à rallonges qui ne changerait qu’à chaque saison. Ce qui le fait avancer, c’est de pouvoir créer en permanence avec des produits de qualité dénichés chez les meilleurs artisans. Dans un premier temps, il a appliqué ce qu’il avait appris chez les autres. Aujourd’hui, il signe une carte très personnelle où chaque création a un sens, où l’équilibre de chaque plat se fait autour d’une saveur qu’il contre volontairement par une autre comme avec ce cœur de saumon fumé que des asperges vertes de Mallemort viennent adoucir sous le regard d’une fondue de cancoillotte ou ce cabillaud de ligne doré, tombée d’épinards aux pignons de pin et émulsion douce aux anchois de Collioure. Comme au Royal Monceau, c’est une cuisine d’instinct mais mûrement réfléchie. Ainsi le foie gras de canard mi-cuit aux saveurs de pomme Granny-smith et litchi peut varier demain ses saveurs par le changement de variété de la pomme. Une cuisine évolutive où la fourme d’Ambert, ses cerises Amarena et sa brioche pourraient dans quelques jours se métamorphoser, sans changer le sens du plat, avec par exemple l’apparition d’un Roquefort en lieu place de la Fourme. Résultat, personne ne se lasse et de sa cuisine ouverte sur la salle, Thomas apprécie. Le guide Michelin aussi.

Restaurant l’Arôme. 3, rue Saint-Philippe du Roule. Tel. : 01 42 25 55 98. Menus : 29 et 36 € (au déjeuner), 59, 72 et 109 € (au dîner). M° Saint-Philippe du Roule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Restaurant à Paris : "L'Assiette"

    Restaurant Paris "L'Assiette"

    Autant l’avouer d’emblée. Le départ tant pleuré de Lucette Rousseau, dite Lulu, de l’Assiette dans le XIVème ne m’a pas plus ému que ça. Question de génération... Lire la suite

    Par  Orsérie - Le Journal Du Beau & Du Bien-Etre
    CUISINE, RESTOS & BARS
  • Restaurant Antoine, Paris

    Restaurant Antoine, Paris

    3 Miam sur 5. Le ventre encore tendu par les agapes de fin d'année, je suis conscient que vous n'êtes pas dans les meilleures conditions pour entendre parler... Lire la suite

    Par  Toinard
    CUISINE, RESTOS & BARS, SORTIR
  • Restaurant "Glou" à Paris

    Glou. 4 Miam sur 5. C’est l’histoire d’un mec, Julien Fouin, qui créa, il y a quelques années, un magazine de cuisine pas comme les autres, Régal. Lire la suite

    Par  Orsérie - Le Journal Du Beau & Du Bien-Etre
    CUISINE, RESTOS & BARS
  • Galettines de noix & pommes, Arôme pain d'épices (vegan)

    Le temps des galette des rois arrive ! Voilà la tournée 2009 avec ces galettines fourrées aux noix, arôme "Pain d'épices", et aux pommes. Lire la suite

    Par  Bea
    CUISINE, RECETTES, VÉGÉTARIENNE
  • Restaurant "Market" à Paris

    Restaurant "Market" Paris

    Le restaurant parisien de Jean-Georges Vongerichten, Chef reconnu et couronné de lauriers aux États-Unis est ouvert depuis Octobre 2001. Lire la suite

    Par  Orsérie - Le Journal Du Beau & Du Bien-Etre
    CUISINE, RESTOS & BARS, SORTIR
  • Restaurant "Le Restaurant Géorgien" à Paris

    Restaurant Géorgien" Paris

    Cet hôtel particulier au cœur de Saint Germain des Prés est voué à la gastronomie géorgienne servie dans un superbe décor, unique à Paris, où l'on circule du... Lire la suite

    Par  Orsérie - Le Journal Du Beau & Du Bien-Etre
    CUISINE, RESTOS & BARS, SORTIR
  • Restaurant : Le Petit Champerret

    Restaurant Petit Champerret

    Le Petit Champerret. 3 Miam sur 5. Pendant que le tout Paris de la chronique gastronomique s’extasiait, à juste titre sur le Glou (3e) ou sur Mets Gusto (16e),... Lire la suite

    Par  Orsérie - Le Journal Du Beau & Du Bien-Etre
    CUISINE, RESTOS & BARS, SORTIR

LES COMMENTAIRES (4)

Par kelly
posté le 10 octobre à 11:01
Signaler un abus

Coucou thomas,

Je viens de relire ton parcours, et je suis encore une fois émue par tout ce chemin parcouru, par ce destin chanceu et par tous tes efforts fournis pour en arriver là ou tu en es. Je t'embrasse j'espère avoir de tes nouvelles, et avoir la chance de venir gouter ta bonne cuisine!!! biz kelly

Par Catherine Chenaux
posté le 01 septembre à 16:59
Signaler un abus

Hello toi, félicitation a toi tu le mérite.... Je souhaite en même temps que tu réserve la date du 4 septembre 2011 afin de fêter les 50 ans de Serge, cela lui ferait un immense plaisir de te revoir ainsi que Mathieu, si tu as encore contact..

A bientôt et bravo mille bisous Catherine

Par Catherine Chenaux
posté le 01 septembre à 16:59
Signaler un abus

Hello toi, félicitation a toi tu le mérite.... Je souhaite en même temps que tu réserve la date du 4 septembre 2011 afin de fêter les 50 ans de Serge, cela lui ferait un immense plaisir de te revoir ainsi que Mathieu, si tu as encore contact..

A bientôt et bravo mille bisous Catherine

Par kelly
posté le 18 mai à 21:57
Signaler un abus

Juste une petit coucou a mon ami d'enfance, a mon frère de lait. Félicitation pour ton parcours , je suis tres fière de toi.

Kelly Cotensin

A propos de l’auteur


Toinard 575 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine