Magazine Cuisine

Qu'elle est belle ma princesse Amandine… une histoire de patates, de cuisiniers, de Stéphane Bern… et d'étonnant gratin dauphinois !

Par Dorian
Quand j'ai reçu l'invitation pour cette soirée et que j'ai vu Qu'elle est belle ma princesse Amandine… une histoire de patates, de cuisiniers, de Stéphane Bern… et d'étonnant gratin dauphinois !qu'il était question de princesses et de Stéphane Bern, ma boîte à imaginer s'est tout de suite mise en marche et j'ai commencé à tout voir en rose bonbon, avec des lustres tombant presque jusqu'à terre et des dorures, et des tentures, et des diadème, et des valses, et… et surtout avec des princesses de partout, des princesses et des robes qui tournent. J'étais en train de me demander à quoi je ressemblerais en queue de pie, un pingouin ou un serveur, sans doute un peu des deux, et si je saurais entrer dans la valse...
Et puis j'ai vu le nom de la princesse, Amandine que c'était son petit nom, et j'ai aussi vu le lieu du rendez-vous, l'atelier Alain Ducasse. C'était dit ma princesse n'aurait pas la robe qui tourne mais sans doute plus de saveur que bien des princesses puisqu'il s'agissait en fait d'une petite patate nouvelle, une savoureuse, ma princesse Amandine !Qu'elle est belle ma princesse Amandine… une histoire de patates, de cuisiniers, de Stéphane Bern… et d'étonnant gratin dauphinois !
Et me voilà ce soir-là au milieu de la foule, de ces foules où quelques unes se regardent avant de se dire, hooo ma chère mais tu es là comme je suis contente… ce qui en langue de VIP veut dire mais comment font-ils pour inviter cette ringarde à la même soirée que moi ! Elles regardent certaines avec des airs entendus et les autres, elles ne les voient pas… j'ai toujours adoré me transformer en homme invisible. Heureusement ces drôles de paroissiennes n'étaient qu'une poignée et il y avait aussi Alice, Adèle, Sophie, Claire et plein d'autres blogueuses … Et en plus il fallait tout voir et tout goûter et nos cinq cuistots de la soirée, Alba, Gontran, Eric, Laurent et Gilles ne semblaient pas décidés à nous laisser reposer entre deux goûtages.Qu'elle est belle ma princesse Amandine… une histoire de patates, de cuisiniers, de Stéphane Bern… et d'étonnant gratin dauphinois !
Ce que j'aime dans ce genre de soirée ce sont les petits échanges et les petits trucs que l'on peut attraper au vol, juste chiper comme on prenait des bonbons du temps des culottes courtes, en douce et avec gourmandise. Des trucs, comme l'étrange et savoureux traitement qu'a fait subir Gontran Chérier à ses harengs, ou comme les petits pots de Laurent Mariotte ou la manière de rouler les gnocchi d'Alba Pezone… Chez chacun il y avait à discuter et à apprendre. En plus, ça permet d'aller ensuite échanger avec les copines avec des airs de conspirateur venant de trouver une carte au trésor.
Et c'est comme ça, au détour d'une conversation, que j'ai attrapé chez Gilles Choukroun l'idée d'un curieux gratin en l'entendant dire, et si on mixait un gratin, avant de préciser, il faut essayer et ne pas hésiter à s'amuser avec la nourriture… s'amuser avec la nourriture, les temps changent, heureusement !
Et en rentrant quelques heures plus tard à la maison, ma princesse Amandine à mon bras, j'avais mon panier à idées bien rempli alors je les ai notées comme d'habitude en lançant un grand Mariiiiiie, suivi d'un faut que j'te cause, y'a plein d'trucs que tu vas devoir te rappeler… elle adore ça, faire travailler sa mémoire… enfin j'espère.
Gratin de pommes de terre craquant et onctueux
Une petite précision suite à la remarque très pertinente de Cocotte, il s'agit de proportions pour une personne qu'il ne faut pas hésiter à multiplier !
Ingrédients : 120g de princesse Amandine – 20g de Morbier - 30g de crème fraîche - 10g de crème liquide - 1 pincée de muscade - 1 gousse d'ail - sel et poivreQu'elle est belle ma princesse Amandine… une histoire de patates, de cuisiniers, de Stéphane Bern… et d'étonnant gratin dauphinois !
Couper en tranches très fines les pommes de terre, utilisez un économe pour cela. Mettez les tranches au fur et à mesure dans un bol d'eau.
Râpez le Morbier et mélangez-le avec les deux crèmes.
Mettez une casserole d'eau salée à bouillir et dès qu'elle arrive à ébullition jetez-y les pommes de terre et faites-les blanchir rapidement. Versez-les tout de suite après dans une passoire et faites couler dessus de l'eau froide. Essuyez-les, puis mélangez-les avec la crème au fromage, assaisonnez avec le poivre, la noix de muscade et un peu de sel.
Frottez votre plat avec l'ail puis répartissez les pommes de terre dans le plat en essayant de les faire tenir sur la tranche.
Enfournez le gratin pendant une trentaine dans un four préchauffé à 180°. Passez-le quelques instant sous le grill si nécessaire pour le dorer un peu.
Mixez ensuite le centre du gratin avec un mixeur plongeant. Pour cela posez le mixeur sur le gratin et découpez un cercle au couteau d'environ la taille du mixeur de manière à ne pas entraîner tout le gratin en commençant à mixer. Puis une fois que les pommes de terres sont mixées ajoutez 1càs de crème liquide et redonnez un coup de mixeur, attention aux projections ! Rectifiez l'assaisonnement et servez de suite.
Produit offert
Mais pourquoi, dure est la vie du blogueur aussi obligé de boire des coups avec Gontran… dure dure même… est-ce que je vous raconte ça…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dorian 13561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines