Magazine Cuisine

Des vins de Châteauneuf du Pape avec le gibier

Par Daniel Sériot

Nous avons fait deux repas avec le civet de chevreuil, ce qui nous a permis de tester d’autres vins que  Pavie Macquin 2003. Le premier jour le mets a été servi avec Pavie Macquin 2003, et La Janasse vieilles vignes 2001 ( Châteauneuf du Pape ). L’accord des saveurs a été superbe avec La Janasse, en raison de sa complexité et des similitudes avec les saveurs du plat. L’accord des textures a été meilleur avec Pavie Macquin, à la bouche plus ferme qui a bien contenu la puissance des chairs du chevreuil. Le Châteauneuf du Pape 2004 ( Charvin) a valu essentiellement par sa fraîcheur qui apportait de l’équilibre à l’ensemble. Un millésime plus riche et plus âgé aurait mieux convenu comme nous le pensions.

 

Chorale_pauline_012

Domaine de La Janasse : Châteauneuf du Pape vieilles vignes 2001

La robe est profonde, de couleur sanguine à peine évoluée, le nez un peu muet lors de la première dégustation, est beaucoup plus expressif 24 et 48 heures plus tard, il délivre des arômes de cerises kirschées, d’herbes aromatiques, d’olives noires, et de chocolat. La bouche est veloutée, presque soyeuse en attaque, le vin est solidement construit dans un centre ample et volumineux, finement texturé, souligné par des fruits bien mûrs et intenses. La finale est longue, équilibrée, d’une bonne fraîcheur (si la température de service est ajustée), avec une belle finesse tannique, complexe, avec des notes chocolatées très plaisantes. Noté 17,5, même note plaisir.

 

Charvin_002
Charvin_003

Domaine Charvin : Châteauneuf du Pape 2004

La robe est soutenue de couleur carmin à rubis. Le nez, fin, élégant et d’une bonne intensité, évoque la cerise mûre, mais fraîche, les épices, la réglisse, avec des notes de fraises sauvages, et une légère touche végétale. La bouche est soyeuse, les tannins sont fins, enrobés par une chair délicate, le milieu de bouche bien construit, est plein et charnu, avec une texture fine. La finale est persistante, fraîche, bien dessinée, longiligne, fruitée, épicée et réglissée, avec une note végétale qui donne une légère amertume agréable au vin. Noté 16, note plaisir 16,5 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines