Magazine Culture

Playoffs NBA/Les Demies: Miami et les Lakers dans le dur, San Antonio en roue libre

Publié le 18 mai 2012 par Wtfru @romain_wtfru

Playoffs NBA/Les Demies: Miami et les Lakers dans le dur, San Antonio en roue libre

On est dans le dernier carré dans chaque conférence, autant dire que le ton est monté d’un cran. De la bagarre, de la sueur, du sang, du talent, des scénarios épiques, des frictions, tout ce qu’on aime en somme. On en parle maintenant.

_

CONFERENCE EST

.Miami Heat – Indiana Pacers

Depuis l’élimination de Chicago au tour précédent, le monde s’accorde à dire que la route est grandement dégagée pour el Heat. Et même si Indiana est une belle équipe collective, travailleuse, défensive, le duel semble déséquilibré.
Et même s’il s’agit du second de la saison régulière contre le troisième, Miami semble avoir les armes pour se débarrasser des Pacers sans trop de soucis.
Le match 1 va dans ce sens. Sans être génial, Miami parvient quand même à remporter la rencontre assez tranquillement face à des joueurs d’Indiana pourtant appliqués. Le talent individuel (du MVP James notamment) a suffit pour faire la différence. Oui mais voilà, une donnée du match vient quelque peu taquiner les esprits: la blessure de Chris Bosh. Le sosie de Snoop Dogg s’est niqué l’aine et est d’ores et déjà out pour le reste de la série. Un petit coup de pouce du destin pour Indiana qui sait donc où appuyer désormais.
Sans Bosh, la raquette du Heat paraît bien orpheline et la paire West-Hibbert se fait alors un plaisir d’en profiter dès le match 2, surtout aux rebonds. Et si le talent du duo Wade-James suffit aux floridiens pour tenir bon malgré un troisième quart difficile, les deux lancers manqués par Lebron en fin de match coûtent finalement très cher et permet aux Pacers de créer la surprise en s’imposant aux forceps sous l’impulsion de David West, sans vis à vis au poste 4. Un seul être vous manque..
Et hier soir, lors du match 3, Miami doit jouer sans Bosh donc, mais sans Dwayne Wade également. Techniquement, le chouchou de la franchise était bien sur le parquet mais il a certainement joué son pire match de l’année voire plus si affinités. 4 petits points avec un vilain 2/13 aux tirs et le Heat ne pouvait donc pas espérer grand chose de ce match. James a tant bien que mal tenté de sauver les apparences, aidé par un très bon Mario Chalmers mais c’était trop peu face à la belle adresse des hôtes (8/14 à 3pts) et un énorme Roy Hibbert, roi de la raquette (19 pts, 18 rbds, 5 blocks). Une victoire tranquille des Pacers qui conservent l’avantage du terrain volé au game 2 et foutent une énorme pression sur les épaules du Heat. Indiana parvient à gêner son adversaire avec un jeu défensif très intense, parfois à la limite et qui ne manque pas d’énerver les stars floridienes. Wade devra se racheter, frustré au match 2, nul au 3, on attend le réveil du champion pour la suite. Quoiqu’il en soit, la prochaine rencontre est d’ores et déjà capitale et une nouvelle défaite des hommes de Spoelstra ne manquerait pas d’alimenter les spéculations.

Indiana mène 2-1
match1: Indiana 86 @ Miami 95
match2:
Indiana 78 @ Miami 75
match3:
Miami 75 @ Indiana 94

_

.Boston Celtics – Philadelphie Sixers
Alors qu’on les voyait pratiquement se faire sweeper par les Bulls, Philly a su créer l’événement en profitant de la blessure de Rose pour se hisser au tour suivant. Les Sixers sont donc opposés à Boston, qui s’est libéré des griffes d’Atlanta plutôt aisément. Une affiche qui sent encore bon la défense et la sueur sous fond de rivalité historique.
Pas de surprise donc de retrouver un game 1 accroché et très serré où les Sixers vont menés la danse avec une avance de dix points à onze minutes de la fin. Les Celtics sont assez décevants aux shoots mais peuvent compter sur un Kevin Garnett hors-norme pour ne pas couler. KeyGi finit la rencontre avec 29 pts et 11 rebonds et est le principal artisan du retour en grâce dans le money time des C’s. Il faut dire que le vieux a bien été aidé dans sa tâche par le nouveau triple-double du génie Rondo qui, même un peu en dedans, surnage statistiquement. Suffisant pour Boston qui arrache une victoire qui semblait leur échapper.
Philadelphie peut regretter sa mauvaise fin de rencontre et va devoir élever un peu plus son niveau de jeu pour le game 2. Ou plutôt le muscler. Dans un match assez vilain offensivement et où l’intensité et l’engagement physique ont été de mise, ce sont les Sixers qui tirent leur épingle du jeu. Notamment Iguodala qui va éteindre Pierce sur toute la rencontre (7 points seulement pour Paulo) et le rookie Lavoy Allen, passé par Strasbourg pendant le lockout et qui apporte 10 points en sortie de banc. Boston n’a pas su se dépêtrer du marquage serré adverse et a traversé salement cette rencontre. Et à en voir la mine de Doc Rivers durant la rencontre, on peut aisément imaginer le discours d’après-match.
L’avantage du terrain perdu, les C’s se rendent en Pennsylvanie la bave aux lèvres pour ce game 3. Enfin, les attaques prennent le pas sur les défenses et on dépasse les 30 pts marqués dans le premier quart-temps du côté de Phily qui passent en tête malgré les déjà 13 points de Rondo. Boston s’en remet donc à ce bon vieux Garnett qui maltraite ce pauvre Hawes au panier (13 points à son tour dans le deuxième quart). Sous son impulsion, c’est tout le collectif vert qui prend le dessus. L’adresse est de retour, peut être même trop avec plus de 63% de réussite sur les deuxièmes et troisièmes quart! Le trio Garnett-Pierce-Rondo est au top du hiphop et l’écart monte à 20 points. Même notre Piétrus national s’y met et colle 13 points avec un 3/4 derrière l’arc. La victoire est scellée à l’entrée du money time et le message passé pour la suite de la série. Garnett termine avec 27 points et 13 rebonds, confirmant sa forme du moment, comme à la grande époque. Et à ce rythme-là, on se demande bien qui pourra le stopper.

Boston mène 2-1
match1: Sixers 91 @ Boston 92
match2: Sixers 82 @ Boston 81
match3: Boston 107 @ Sixers 91

_

_

CONFERENCE OUEST

.Oklahoma City Thunder – Los Angeles Lakers
Un sweep sur le champion en titre et Okc revient avec une semaine de repos contre des Lakers qui se sont compliqués la tâche contre Denver. Thunder-Lakers, c’est un peu l’affiche bling-bling rêvé avec la passation de pouvoir attendue entre deux dynasties. La jeunesse, la fougue, la vitesse d’un côté contre l’expérience, la défense, la ruse de l’autre. Et pour rajouter un peu de piment, c’est aussi l’occasion de revoir Metta World Peace face à James Harden qu’il avait gentiment mis KO il y a un mois.
Avec la coupure entre les deux tours, on aurait pu croire qu’il faudrait un peu de temps à Oklahoma pour retrouver le rythme dans ce match 1. Pas vraiment. Si L.A tente de passer par sa paire d’intérieur, Okc répond tranquillement par Durant, Westbrook et Harden, ovationné par son public. Très vite, le Thunder va passer la seconde puis la troisième pour déposer les Lakers. Westbrook est ultra-chaud, l’équipe ne perd qu’un ballon sur toute la mi-temps et l’avance est déjà à quinze points. Mais ce n’est que la mise en bouche face à la boucherie du troisième quart. Le Thunder colle un 15-2 en 3 minutes avec son duo KD-Westbrook de feu et l’écart dépasse les 30 points à l’orée du quatrième quart. On retiendra tout de même dans ces dernières minutes le regard plein de malice de Fisher à l’encontre de Brown après un 3 points et les quatre petits ballons perdus sur toute la partie par le Thunder. Los Angeles encaisse donc une bien belle branlée pour son entrée en matière en demie-finale. Pas l’habitude de la franchise.
Il fallait donc changer quelque chose du côté de L.A pour le second match afin de ne pas voir la série pliée un peu trop vite. Et la recette est simple: installer un faux-rythme. On connaît le penchant de Mike Brown pour ce style et ça marche quasi toute la partie. Les californiens dominent la raquette de la tête et des épaules malgré les contres à répétition d’Ibaka avec un bon Jordan Hill par exemple. De l’autre côté, Durant fait le taf seul, Westbrook ayant retrouvé quelques mauvaises habitudes qui lui colle à la peau. Les ors et pourpres se dirigent alors vers une victoire intéressante pour la suite jusqu’à ce que Kobe décide de ruiner tous les espoirs de la franchise. Une première dégueulasserie en perte de balle qui laisse KD partir au dunk seul avant d’échapper un ballon dix secondes plus tard. Le sort du match a basculé et le Thunder termine par un 9-0. Le dernier shoot de la gagne manqué par Blake aura beau faire couler de l’encre (la balle devait revenir à Bryant), la défaite-suicide est venue des mains du Black Mamba. Une victoire heureuse pour Oklahoma mais ô combien précieuse. La série part en Californie et l’on conseille aux Lakers de montrer leurs muscles s’ils ne veulent pas que la série prenne fin trop rapidement.

Oklahoma mène 2-0
match1: Lakers 90 @ OKC 119
match2: Lakers 75 @ OKC 77

_

.San Antonio Spurs – Los Angeles Clippers
Le postulat de départ est quasiment le même qu’au-dessus avec des Spurs en repos dix jours après le sweep du Jazz et des Clippers qui ont dû batailler durement contre Memphis.
Et le résultat aussi est le même. San Antonio mène 2-0 et on ne voit pas trop comment l’autre équipe de Los Angeles pourrait contre-carrer les plans texans.
Durant le match 1, la décision a été faite grâce aux snipers des Spurs (Ginobili en tête) qui terminent à 13/25 à 3 points (record de franchise) et à Tim Duncan, qui, comme Garnett, s’offre une seconde jeunesse au poste 5. Si on attendait énormément du duel Parker vs Paul, il faudra repasser tant les deux meneurs all-star se sont montrés maladroits. Les Clippers ont bien essayé de s’accrocher (vu le match 1 du 1er tour, tout peut arriver…), la différence de niveau était trop importante.
Et que dire du game 2, véritable récital texan où les californiens n’ont jamais existé. Duncan et Parker (très bon dans le money time) ont fait le travail offensivement tandis que le duo CP3-Griffin a totalement été annihilé. Gros match également de Boris Diaw en mister perfect avec 16 points (9/9 aux tirs), 4 rebonds, 4 passes. Pour une fois, le banc des Spurs n’a pas eu trop à s’égosiller tant les titulaires ont su faire le boulot proprement.
Il n’y a pas grand chose à ajouter, les Spurs marchent sur l’eau actuellement et impressionnent par leur facilité. On ne peut pas dire que les Clippers déméritent vraiment mais l’adversaire semble vraiment intouchable pour le moment.

San Antonio mène 2-0
match1: Clippers 92 @ San Antonio 108
match2:
Clippers 88 @ San Antonio 105

_


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine